8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

LES FAITS

L’aide publique au développement  (APD) diminue. Elle est passée d’un record absolu de 107,1 milliards de dollars en 2005 à 103,7 milliards de dollars en 2007.  Les apports  d’aide doivent augmenter de 18 milliards de dollars par an pour remplir la promesse faite par le G-8 en 2005  de doubler l’aide mondiale d’ici 2010, avec 50  milliards de dollars de plus chaque année au plan mondial,  dont 25 milliards pour l’Afrique.

Le poids du service de la dette extérieure des pays en développement est passé en moyenne de 13 pour cent des recettes d’exportation en 2000 à 7 pour cent en 2006,  ce qui a créé un environnement plus favorable pour les investissements et leur a permis d’allouer des ressources  pour réduire la pauvreté.

Dans les pays développés, 58 pour cent de la population utilisait l’Internet en 2006, contre 11 pour cent dans les pays en développement et seulement 1 pour cent dans les  pays les moins avancés.

OÙ EN SOMMES-NOUS ?

Il y a un réel écart dans le respect des engagements pris en faveur de la cible des OMD qui vise à tenir compte des besoins particuliers des pays les moins avancés (PMA) et à fournir une aide publique au développement (APD) plus généreuse pour les pays engagés sur la voie de la réduction de la pauvreté. En 2007, le Danemark, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède étaient les seuls pays à avoir atteint ou dépassé la cible de 0,7 pour cent du revenu national brut (RNB).

La cible des OMD visant à traiter globalement le problème de la dette des pays en développement n’est pas entièrement atteinte.  Même si les pays pauvres très endettés (PPTE) ont bénéficié d’un allègement substantiel de leur dette, beaucoup restent menacés par une situation de surendettement.

La cible de l’OMD qui vise à faire en sorte que les avantages des nouvelles technologies, en particulier des technologies de l’information et de la communication, soient à la portée de tous, en coopération avec le secteur privé, a fait de rapides progrès dans le domaine de la téléphonie mobile, mais le fossé reste important en ce qui concerne l’accès à des technologies phares (l’accès internet à large bande en est un bon exemple). Or celles-ci sont essentielles pour soutenir la croissance économique et améliorer la fourniture de services dans des domaines comme la santé et l’éducation.

Source: Fiche d’information OMD 8

Caritas Luxembourg propose le film Bamako

Cet article a été publié dans OMD. Ajoutez ce permalien à vos favoris.