Edition 2013 « Actors of change: construisons le monde de demain! »

Lors d’un des moments les plus historiques quant au combat mondial contre la pauvreté, les membres de l’Assemblée Générale des Nations Unies ont signé en 2000 la Déclaration du Millénaire et ont adopté les 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement à atteindre en 2015 : réduire l’extrême pauvreté et la faim ; assurer l’éducation primaire pour tous ; promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ; réduire la mortalité infantile ; améliorer la santé maternelle ; combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies ; préserver l’environnement ; mettre en place un partenariat mondial pour le développement.
Nous approchons à grand pas de cette date limite et les pays signataires se préparent à analyser le progrès réel de la lutte contre la pauvreté. Le Rapport de 2012 sur les Objectifs du Millénaires présente un bilan mitigé. Quelques succès sont à noter : l’extrême pauvreté dans toutes les régions du monde est en déclin et des progrès considérables ont été faits pour atteindre l’éducation primaire pour tous, la parité entre garçons et filles dans l’école primaire et la réduction de la mortalité infantile. Mais les projections pour 2015 restent quand-même sombres : près d’un milliard de personnes vivront avec moins de 1,35 dollar par jour, les mères continueront de mourir en accouchant ; la sécurité alimentaire et l’éradication de la faim restent un défi majeur au plan mondial, la perte de la biodiversité se poursuit rapidement et les émissions de gaz à effet de serre continuent de représenter un risque majeur pour les peuples et les écosystèmes ; pour nommer seulement quelques exemples.
Mais qu’est-ce qui se cache derrière ces faits et chiffres ? Qui sont les individus qui se retrouvent derrière ces statistiques et objectifs ? Est-ce que notre vue sur le développement ne se limite-t-elle pas trop à des indicateurs quantitatifs en oubliant les indicateurs qualitatifs ? Par exemple l’objectif 1, l’éradication de la pauvreté se limite fortement à une diminution chiffrée des personnes vivant avec moins d’un dollar par jour. Mais ceux qui ont franchi ce seuil ont-ils vraiment connu un accroissement de leur revenu, ont-ils désormais accès un revenu décent et sûr, à une nourriture adéquate, à un logement digne, aux services de base et à une sécurité sociale, à un travail décent, à la sécurité physique, à un environnement sûr ? Au-delà des chiffres, est-ce qu’on n’a pas perdu de vue un facteur, un but essentiel, du développement – le bien-être d’un individu pouvant jouir des libertés essentielles afin de mener une vie digne ?
Alors que les chefs d’Etats du monde entier ont commencé en 2013, l’année de la citoyenneté, leurs négociations, en dialogue avec les sociétés civiles, sur des objectifs pour le développement après-2015, le Festival Cinéma du Sud revient sur ses origines (le thème de 2010 était les Objectifs du Millénaire pour le Développement) et souhaite mettre en lumière des portraits de gens qui s’engagent au niveau local, face à des problèmes globaux, pour le bien-être des humains en société, l’éradication de la pauvreté sous toutes ses facettes, l’élimination des injustices et des inégalités, pour un monde meilleur. A travers 8 films nous essaierons de donner des pistes de réflexions sur les questions suivantes : Quelles sont les formes d’engagement dans notre monde actuel ? Qu’est-ce qui indigne les acteurs qui s’engagent pour le bien-être humain et un monde plus juste? Quelles sont les motivations, idéologies, valeurs et désirs de ces protagonistes ? Quels projets de société envisagent-ils et quel est leur moteur pour avancer? Comment les citoyens d’aujourd’hui peuvent-ils s’engager pour un monde après 2015 ?
Les exemples d’engagements sont multiples, différents, divers et sont tirés de différents domaines, comme par exemple la santé, la durabilité environnementale, le conflit et la fragilité, l’éducation et la sécurité alimentaire, afin de donner une image plus vaste et une perspective multidimensionnelle sur le développement. Ainsi les protagonistes, héros de la vie journalière, individuels ou collectifs, donneront couleur, optimisme et matière de débat au festival cette année.

Organisateurs:

CaritasFairtradebidderlech deelenSOS FaimFDH ECPAT CPJPOAttac Luxembourg

AEILogoLATASTMCroix-RougeSOS VEM

Avec le soutien de:

Luxemburger_Wort_s-wlogo-rtlUtopia_quadri_mineGOUV_Direction_coop_dev2013logo UE

Films 2013

People and numbers

Jeudi 10 octobre 2013 à 18h30

Réalisation: Yorgos Avgeropoulos – 2013people
Durée: 48 min.
VO grecque — sous-titres anglais
Documentaire

Synopsis :
According to the IMF, Ghana is a case of success! Nowadays, the country’s economy is among the world’s 20 fastest growing economies and the first in Africa! However at the same time, 4,000 schools do not have any facilities and the students are having their lessons under the trees. At the clinics in the country’s northern parts there is one doctor per 161,000 inhabitants! And small scale farmers, without any support from the state, have been left to starve, struggling alone in the free market’s vast sea. Growth… for whom?

La soirée d’ouverture du Festival sera accompagnée d’un spectacle du conteur de renommée internationale Philippe Sizaire. Conteur à l’activité voyageuse, Philippe Sizaire est aussi parolier (pour Serge Reggiani, parmi d’autres), auteur, metteur en scène, formateur aux arts de la parole et de l’écriture… Depuis 2002, il s’est produit près de 1000 fois en France, dans toute l’Europe et au Canada. Dans le cadre du festival 2013, nous nous réjouissons de l’accueillir pour nous conter des histoires humaines du monde entier… Le spectacle se donnera en  langue française.

_MG_5586 Monsieur Chouf12 Sizaire«Philippe est de ces rares conteurs qui vous font passer une soirée entière avec le sourire collé aux lèvres, indélogeable, et l’envie que ça ne se termine jamais… Il faut vraiment entendre! » Julie Turconi, Production Cormoran, Québec

www.philippesizaire.com

Soirée organisée par le consortium des ONG participant au festival

En collaboration avec  Radio Ara

Pierre Rabhi, au nom de la terre

Jeudi 17 octobre 2013 à 18h30
Réalisation : Marie-Dominique Dhelsing – 2012rabhi
Durée : 98 min.
VO française
Documentaire

Synopsis :
Pierre Rabhi, agriculteur, écrivain, penseur français d’origine algérienne, est l’un des pionniers de l’agro-écologie en France. Initiateur, entre autres, de Colibris Mouvement pour la Terre et l’Humanisme et d’Oasis en tous lieux, il s’inscrit dans une mouvance active et citoyenne pour un changement de paradigme de nos sociétés, qui puisse agir comme une force de proposition. Le film explore la pensée de ce précurseur et sa mise en œuvre, à travers des rencontres et des expériences concrètes. « Le temps des consciences éclairées, déterminées, agissantes et tranquilles est venu ».

La projection sera suivie d’un débat avec Madeline Carlin du réseau Terre et humanisme.

Soirée organisée par : ASTM, Caritas, Fairtrade Lëtzebuerg, Frères des Hommes et SOS Faim

En collaboration avec natur&ëmwelt a.s.b.l. et Bio-Lëtzebuerg

Vandana Shiva – Von Saatgut und Saatgutmultis

Jeudi 24 octobre 2013 à 18h30

Réalisation: Bertram Verhaag & Gabriele Kröber – 2006vandana
Durée : 60 min.
VO allemande
Documentaire

Synopsis :
Die Hoffnung auf höhere Erträge und weniger Chemieeinsatz verführt viele indische Bauern, das vier Mal so teure Monsanto-Gen-Saatgut zu kaufen. Die Superernte bleibt aus. Krankheiten und vermehrter Schädlingsbefall zwingen die Bauern zu noch mehr Einsatz von teuren Chemikalien und treiben die Bankschulden in die Höhe. Der einzige Ausweg aus dieser Schuldenfalle ist für viele Bauern der Selbstmord. Vandana Shiva, promovierte Teilchenphysikerin und Kämpferin für die Umwelt, engagiert sich für das Lebensrecht indischer Kleinbauern und die Erhaltung der Artenvielfalt.

La projection sera suivie d’un débat avec un représentant de « SEED« , une asbl luxembourgeoise qui s’engage pour la préservation d’anciennes varitétés de semences.
Soirée organisée par : Aide à l’Enfance de l’Inde , ASTM, Caritas  et SOS Faim

En collaboration avec natur&ëmwelt a.s.b.l. et Bio-Lëtzebuerg

Dirty Paradise

Jeudi 31 octobre 2013 à 18h30
Réalisation : Daniel Schweizer – 2009dirty
Durée : 72 min.
VO française — sous-titres anglais
Documentaire

Synopsis :
Une incroyable catastrophe sanitaire et écologique se déroule aujourd’hui au cœur de l’Amazonie sur un territoire européen d’outre-mer, la Guyane Française. « Dirty Paradise » raconte l’histoire d’une tribu amérindienne qui refuse de disparaître dans le silence et l’indifférence.
Pour la première fois, les Indiens Wayana prennent la parole dans un film et dénoncent les conséquences de l’exploitation incontrôlée d’un or «sale». Ce documentaire accompagne Parana, Akama, Mélanie et leurs enfants dans leur combat quotidien et dérisoire face à la destruction de leur environnemen
t.

Après la projection du film, un intervenant mettra en parallèle la situation minière en Inde avec celle des Indiens Wayana en Amérique du Sud.

Soirée organisée par : Aide à l’Enfance de l’Inde   et Bridderlech Deelen

War Child

Jeudi 7 novembre 2013 à 18h30

Réalisation: Christian Karim Chrobog – 2008war child
Durée : 94 min.
VO anglaise — sous-titres anglais
Documentaire

Synopsis:
“Left home at the age of seven/one year later I’m carryin’ an Ak-47.” For hip hop artist Emmanuel Jal, a former child soldier in Sudan’s brutal civil war, these lyrics are hardly empty posturing. They are the bitter reality of a young man who was “forced to sin” but determined to “never give up and never give in.” Today, wounded but still hopeful, Emmanuel Jal fights a new battle: bringing peace to his beloved Sudan and building schools in Africa. This time, his weapon is a microphone.

Soirée organisée par : Croix-Rouge luxembourgeoise  et SOS Villages d’Enfants Monde

Ceci est ma terre… Hébron

Jeudi 14 novembre 2013 à 18h30

Réalisation : Giulia Amati et Stephen Natanson – 2010ceci
Durée : 75 min.
VO arabe, hébreu et anglais —  sous-titres français
Documentaire

Synopsis :
Hébron, en Cisjordanie, est un lieu sacré pour les juifs comme pour les musulmans. C’est aussi la seule colonie israélienne installée en plein cœur d’une ville palestinienne : 600 colons y vivent sous la protection de 2 000 soldats. Entre les deux populations, c’est une guerre de territoire. La haine des colons israéliens à l’encontre des palestiniens s’y exprime librement. Ceci est ma terre a obtenu le grand prix du jury documentaire au Festival International du Film des Droits de l’Homme de Paris en 2012.

Soirée organisée par : ATTAC Luxembourg , CPJPO  et Les Amis du Tibet Luxembourg

Born into Brothels: Calcutta’s Red Light Kids

Jeudi 21 novembre 2013 à 18h30
Réalisation: Ross Kauffmann, Zana Briski – 2004born into
Durée : 85 min.
VO anglaise et bengali — sous-titres en français et néerlandais
Documentaire

Synopsis:
“I keep thinking that if I could go someplace else and get an education I wonder what I would become” (Puja, 11). In Kolkata’s red light district appears a group of unforgettable, feisty, resilient, and wickedly funny children, born to prostitutes. Trying to evade a doomed future, they embark on a transformational journey with New York based photographer Zana Briski, who teaches them photography. This humorous and heartfelt story portrays the power of art and the courage of those willing to change their own lives.

Born into Brothels won the 2005 Academy Award for Best Documentary Feature.
Soirée organisée par : ECPAT Luxembourg et SOS Villages d’enfants Monde

Voices of Transition

Jeudi 28 novembre 2013 à 18h30

Réalisation : Nils Aguilar – 2012voices
Durée : 65 min.
VO anglaise — sous-titres français
Documentaire

Synopsis :
Face à la triple menace liée au changement climatique, à la raréfaction du pétrole et aux crises économiques à répétition, ce film révèle des voies plus justes, plus épanouissantes et plus écologiques pour nourrir les sols et l’humanité. À Cuba, en Angleterre comme en France, des alternatives en marche témoignent avec force d’une transition culturelle en cours. Une transition qui serait la préfiguration d’un futur au-delà de l’insécurité alimentaire et des désastres écologiques.
Les solutions montrées dans « Voices of transition (Cultures en transition) » excellent par leur simplicité, leur faible coût, voire leur gratuité, ainsi que par leur intégrité écologique. À l’échelle d’un balcon-potager ou de l’agriculture d’un pays tout entier, elles ont vocation à favoriser les économies locales, à fortifier les liens de voisinage ainsi qu’à encourager la diffusion libre des savoirs.

Soirée organisée par : ATTAC Luxembourg  et SOS Faim

Sweet Dreams

Jeudi 5 décembre 2013 à 18h30

Réalisation: Lisa et Rob Fruchtman – 2012sweet
Durée : 88 min.
VO anglaise et kinyarwanda — sous-titres anglais
Documentaire

Synopsis :
Powerful sounds pierce the silence of the Rwandan countryside. This is something new in Rwanda : Ingoma Nshya, Rwanda’s first and only women’s drumming troupe, open to women from both sides of the conflict.
The documentary « Sweet Dreams » follows this remarkable group of Rwandan women as they emerge from the devastation of the genocide to create a new future for themselves.
« Because of our history, people know how to fight against, but not for, » Kiki, founder of Ingoma Nshya, says. « We want to change that equation. »

Soirée organisée par : Bridderlech Deelen, Croix-Rouge luxembourgeoise  et Frères des Hommes